lundi 3 septembre 2018

BURNING de Lee Chang-dong

FILM

Le cinéaste coréen nous avait déjà proposé en 2010 POETRY,un film éminemment poétique centré sur une délicieuse grand-mère qui sentant les premiers signes d'Alzeimer,s'inscrit à un cours de poésie...
Voici le lien de ma critique:
http://parlonscinebouquins.blogspot.com/2011/08/poetry-de-lee-chang-dong.html

Cette fois encore,c'est un être marginal,à part,laissé-pour-compte qui est au centre d'un film mêlant intrigue amoureuse,thriller oppressant et fresque sociale.
Le tout baignant dans une puissante ambiance poétique.
Le film se déroule avec lenteur,avec des silences appuyés,des non-dits... laissant tout l'espace aux images qui sont souvent d'une beauté à couper le souffle.
On suit le quotidien de deux jeunes hommes que tout oppose.Caractères et milieu social.
L'un est assuré,détendu,évoluant dans un milieu social aisé,alors que l'autre qui vit à la campagne est complexé,peu sûr de lui,apeuré...surtout si passif,même si on le sent habité par une rage sourde et étouffée.
Une jeune fille pétillante,gracieuse,enfantine est leur pôle d'attraction,leur aimant.
Comment mener à terme cet imbroglio?
Comment percer les secrets,le mystère de ces trois êtres qui s'inventent parfois des histoires,se mentant à eux-mêmes et aux autres..?
Comment démêler le vrai du faux? les épisodes du chat et du puits,notamment,sont emblématiques de ces questions.
Le film en tout cas se termine en apothéose.La dernière scène est tout simplement bluffante.

                                                                                




  




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire