mercredi 27 janvier 2016

UNE TERRE D'OMBRE de RON RASH

LIVRE
Mais comment fait-il cet écrivain américain pour emmener son lecteur dans un voyage merveilleux? Quel est son secret? Mystère.
Car,chacun de ses romans s'organise,prend forme autour d'un petit fait divers,d'une actualité relativement anodine,mais ne nous y trompons pas,elle va nous tenir en haleine durant tout le récit.L'écrivain nous accroche et le lecteur ne décroche plus.
Que va-t-il advenir de ce Walter,étranger muet qui s'intègre à l'univers d'un frère et de sa soeur Laurel qui les aide et participe aux durs travaux de la ferme.Qui est-il vraiment?
C'était le même genre de questionnement dans le magnifique "Un pied au paradis" (lire la critique du 6 janvier sur ce Blog ). Le voisin est-il coupable ou pas?Quels sont les indices.

En même temps ,il y a une vraie puissance poétique,une immersion dans cette nature sauvage des Appalaches.On descend le vallon encaissé vers la rivière avec l'héroïne, on coupe les choux,on prépare une tourte aux fruits,on ressent aussi ses émotions,ses questions,son monde intérieur...
On creuse le puits avec Walter et on sent que l'eau monte lentement jusqu'à ses genoux.
Cette écriture est visuelle,tactile,toute chaude.

Oui,un polar poétique,ça existe.Je les lis et je suis transportée.

Il a été récompensé du 
Grand Prix de la Littérature Policière - Etrangère -2014

Voici deux extraits pour illustrer cette belle écriture:  
 "Des chênes et des tulipiers obscurcissaient le soleil et des bouquets de rhododendrons venaient se presser contre les rives.
De l'autre côté du fourré, un rayon de soleil filtrait par une percée dans la voûte des arbres, l'éclat d'une flamme argentée la renvoya en toute hâte dans le taillis, la brillance palpitant derrière ses paupières..."


"La falaise la dominait de toute sa hauteur, et elle avait beau avoir les yeux baissés, elle sentait sa présence. Même dans la maison elle la sentait, comme si son ombre était tellement dense qu’elle s’infiltrait dans le bois. Une terre d’ombre et rien d’autre, lui avait dit sa mère, qui soutenait qu’il n’y avait pas d’endroit plus lugubre dans toute la chaine des Blue Ridge..."

THE WALK de Robert ZEMECKIS

FILM

 
THE WALK....un film de OUF, incroyable,amazing....
Douze personnes ont marché sur la lune. Un seul homme aura marché au-dessus du vide vertigineux séparant les deux tours du World Trade Center,
en 1974!!!


LE FUNAMBULE ... Philippe Petit, avec l’aide de son mentor, Papa Rudy, et d’une bande de passionnés de tous horizons, va surmonter les pires obstacles, vaincre les trahisons, les dissensions, et prendre les risques les plus insensés pour exécuter le plus fou de tous les paris : passer d’une tour à l’autre du World Trade Center en marchant sur un fil tendu au-dessus du vide…
Une pure folie,un défi périlleux.....
Ça donne le frisson.


Robert Zemeckis est quand même le réalisateur de "Retour vers le futur" et "Forrest Gump".Ses films sont toujours surprenants,originaux.Cette fois encore.
Les dernières séquences du film sont époustouflantes.
On partage les sensations contrastées du funambule:défi,fierté et surtout immense bonheur,on est avec lui sur le fil,sans vertige,sans états d'âme!!! 
Le fait de revoir les 2 tours du World Trade Center ajoute du surréel et intensifie la tension...et l'émotion du spectateur. 

J'ai visionné la vidéo où Philippe Petit relate son expérience.Grande authenticité et simplicité.En voici le lien:

 https://www.youtube.com/watch?v=mAZppPSbxxs

samedi 16 janvier 2016

FAR FROM THE MADDING CROWD ( Loin de la foule déchaînée... ) de Thomas VINTERBERG

FILM

On se souvient tous du fameux Festen de Thomas Vinterberg,film décapant de 1998.
Il semble que cette fois le cinéaste danois,un des fondateurs de Dogma ait atteint le sommet de son art,tant le film est épuré.D'une forme très classique,il inscrit bien cette histoire du 19ème siècle dans une nature "so british" où évoluent fermiers,moutons,chevaux dans des paysages verdoyants aux lignes douces.
Les deux acteurs principaux,Carey Mulligan et Matthias Schoenaerts participent à cette sobriété générale.Ils jouent juste,laissant affleurer ce qu'il faut de sensibilité pour être crédibles.

Un film digne,sobre,totalement romantique, au sens noble du terme.
J'ai beaucoup aimé.  



vendredi 15 janvier 2016

TITUS N'AIMAIT PAS BÉRÉNICE de Nathalie AZOULAI

LIVRE

Sélectionné pour le Prix Goncourt,le roman de Nathalie Azoulai a obtenu le Prix Médicis 2015.Récompense amplement méritée.Je suis sous le charme.En immersion.

Il fallait une écriture aussi sensible,aussi délicate,douce et fine pour évoquer l'âme racinienne.
L'écrivain s'est coulée dans le moule racinien,elle s'en est nourrie,imprégnée pour approcher au plus près l'enfant,l'homme,le poète,l'amoureux,le courtisan du roi Louis XIV aussi...
Le lecteur en apprend beaucoup sur la vie de ce grand dramaturge.
L'enfance à Port-Royal,son zèle dans l'étude quotidienne des auteurs grecs et latins.
Virgile,Tacite,Suétone,mais aussi Sénèque et Euripide inspireront Racine.
A 14 ans,il découvre le Chant IV de l'Énéide de Virgile et s'interroge sur le feu aveugle dont se consume la reine Didon,délaissée par Énée.
Bérénice sera une nouvelle Didon.
Il quittera les lieux de son enfance pour rejoindre la capitale où l'indispensable reconnaissance du roi l'accompagnera dans ses différentes créations.
Racine restera un travailleur acharné,amoureux de la musique des mots,à la recherche du juste équilibre du vers, de son harmonie.Maîtrise absolue de l'alexandrin.

Mes alexandrins préférés chez Racine:

"Tout me nuit et conspire à me nuire" Phèdre
"Ariane ma soeur de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée." Phèdre
"Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon coeur." Phèdre
"Vous êtes empereur,Seigneur,et vous pleurez" Bérénice
"Et la mort,à mes yeux dérobant la clarté,
Rend au jour,qu'ils souillaient,toute sa pureté" Phèdre 

Un  autre extrait célèbre de Bérénice

 Bérénice:
"Eh bien ! régnez, cruel, contentez votre gloire :
Je ne dispute plus. J’attendais, pour vous croire,
Que cette même bouche, après mille serments
D’un amour qui devait unir tous nos moments,
Cette bouche, à mes yeux s’avouant infidèle,
M’ordonnât elle-même une absence éternelle.
Moi-même j’ai voulu vous entendre en ce lieu.
Je n’écoute plus rien, et pour jamais : adieu...
Pour jamais ! Ah, Seigneur ! songez-vous en vous-même
Combien ce mot cruel est affreux quand on aime ?
Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse,
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice,
Sans que de tout le jour je puisse voir Titus
?"   ACTE IV,scène 5.


Dans une interview accordée à Franceinfo en octobre,l'écrivain confie son admiration pour Racine et s'interroge sur le mystère de cet homme qui a si bien compris la femme,la sensibilité féminine.
Bérénice,Andromaque,Phèdre,Iphigénie,Esther,Athalie sont ses grandes héroïnes.

En voici le lien:
  http://www.franceinfo.fr/emission/le-livre-du-jour/2015-2016/nathalie-azoulai-titus-n-aimait-pas-berenice-08-10-2015-13-

 

 

dimanche 10 janvier 2016

EVERY THING WILL BE FINE de Wim WENDERS

FILM

Wim Wenders nous a habitués à des films talentueux,originaux,personnels.
Mais ici,quelle déception!!!

Auteur d'un accident involontaire,un écrivain renverse un enfant qui décède,le cinéaste nous emmène dans une histoire improbable de 10 ans.Cette durée n'a d'égal que son ennui.
C'est "chiant"....Le film ne démarre jamais vraiment.C'est disloqué,distendu,éclaté en différents moments que l'on n'arrive mal à relier les uns aux autres.
A force d'ellipses narratives,le cinéaste perd son spectateur qui ne s'y retrouve pas.
Les dialogues sont poussifs,inintéressants,...d'une banalité confondante.

Allez, j'arrête.Je préfère me souvenir de cet émouvant:"Paris,Texas" 1984.
Ou de ses 2 récents documentaires,l'un sur Pina Bausch/"Pina"
Ou le "Buena Vista Social Club", une totale réussite.
 

vendredi 8 janvier 2016

MUSTANG de Deniz Gamze ERGÜVEN

FILM

 Film d'une grande fraîcheur,mais aussi d'une formidable énergie.
Seule,une femme sensible à l'ambiance particulière de complicité,de rires,de tendresse aussi propre à des adolescentes pouvait nous livrer une telle oeuvre.
Le film est touchant,lumineux (les visages des 5 soeurs rayonnent d'innocence et de malice),mais aussi percutant.
Il dénonce une éducation patriarcale,archaïque,psychorigide,étouffante.
En effet,suite à une légère incartade,la maison des soeurs devient une vraie prison.Privées d'école,elles reçoivent de leçons de cuisine...et de préparation au mariage!!!
Il s'agit pour leur oncle chargé de leur éducation de les marier l'une après l'autre,sans concertation...Tout cela est mené rondement.
Comment s'échapper de cet étouffoir? 
Chacune trouvera une échappatoire,se révoltera à sa manière,surtout,la cadette,sans doute la plus subversive de la fratrie!!!

Premier film de la réalisatrice turque,c'est une grande réussite.
Il a été présenté à Cannes à la quinzaine des réalisateurs où il a rencontré un grand succès.
Il représentera la France aux Oscars 2016.

mercredi 6 janvier 2016

UN PIED AU PARADIS de Ron RASH

LIVRE POLICIER

Un livre "Coup de coeur" : Merci à ce libraire de Filigranes qui me l'a recommandé!!!

Comme tout bon policier américain,ça commence avec une disparition et ... un shérif.
Ce dernier enquête sans parvenir à démasquer celui qu'il croit responsable du meurtre.
Mais l'originalité du récit réside dans sa construction, dans sa division en cinq chapitres,cinq voix narratives à travers lesquelles peu à peu se dévoilent des pans de l'histoire
La parole est donnée tour à tour au shérif du comté,à la femme,au mari, au fils et à l'adjoint du shérif.
Le lecteur progresse pas à pas dans la découverte des faits,dans le vécu de chaque personnage et se fait une idée de plus en plus précise de LA vérité.
Sauf que , patatras, une dernière révélation va tout changer.

Cette organisation d'une histoire sous forme chorale est propre à la littérature comme au cinéma. Rappelons-nous ce merveilleux "Rashomon" de Kurosawa.
Le cinéaste nous proposait différentes versions, points de vue: celui du mari,de l'amant et de la femme.

Ajoutons que "Un pied au paradis" se déroule sur des terres indiennes,celles des Cherokees, en Caroline du Sud, région que l'écrivain connaît bien,car il y tient une chaire d'Université.On découvre donc aussi les moeurs , la pauvreté,les menaces de rachat de ces terres,de leur inondation à des fins de barrage.

Ron Rash a écrit en 2012 "The Cove" qui vient de paraître au Seuil sous le titre "Une terre d'ombre".Ce roman a été récompensé du Grand Prix de Littérature Policière.Je vais le lire. 
 


mardi 5 janvier 2016

ELLE L'ADORE de Jeanne HERRY

FILM POLICIER

Je ne suis pas toujours fan du cinéma français,mais ce film m'a beaucoup plu.
L'action démarre très vite,les enjeux sont bien mis en évidence,les rôles principaux ont judicieusement été attribués à Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte.
L'un est chanteur,l'autre est une fan inconditionnelle!!!
Inutile de  révéler comment leurs destins vont se croiser, ni le point de départ d'une enquête qui va les entraîner dans une histoire improbable.Disons seulement que S.Kiberlain joue à merveille la fausse naïve et embrouille les pistes grâce à sa redoutable impassibilité.Quant à L.Lafitte ,il essaie,vaille que vaille, de se dépêtrer dans cet imbroglio.
Les deux acteurs sont parfaits.

Signalons que Jeanne Herry,la réalisatrice,est la fille de Julien Clerc et Miou-Miou.

                                     
 

samedi 2 janvier 2016

TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE de Arnaud DESPLECHIN

FILM

Je vous le dis tout de suite:j'ai beaucoup aimé ce film.Il m'a touchée par sa fraîcheur,son innocence, sa simplicité... Il m'a ramenée à ces films de Truffaut qui mettait en vedette Jean-Pierre Léaud, étrange mélange d'impertinence et  de candeur qui en faisait un acteur si mental.Ici aussi,le héros adopte un langage distancié,intellectuel et quand il parle sentiments,on a l'impression qu'il vient de la planète Mars...
L'héroïne aussi est touchante,touchante de vérité,de désir d'authenticité.Derrière sa superficialité et ses grands airs de jeune effarouchée se cachent une belle âme pure,une Antigone fragile qui ne tient pas la route.

Ces 2 jeunes acteurs sont prometteurs.Leur jeu délicat et convaincant révèle une subtile direction d'acteurs,celle d'Arnaud Desplechin. 

Voici le lien de la bande-annonce:
 https://www.youtube.com/watch?v=bX9gogmJ5HE

       

YOUTH de Paolo SORRENTINO

FILM

Film empreint d'une grande nostalgie qui s'adresse plutôt à un public mûr,voire âgé.

L'heure des bilans a sonné pour 2 amis d'enfance,âgés de 80 ans...
En cure roborative dans un centre hôtelier 4 étoiles de Suisse,ils échangent souvenirs,états d'âme,évoquent leurs problèmes de santé,leurs échecs amoureux,se taquinent et font d'improbables paris.Ils partagent leurs journées entre massages,piscine,promenades et musique.Ils évoluent au milieu d'une faune excentrique... Jeunes,vieux,hommes,femmes se côtoient dans un rituel bien rodé.

Finalement,les questions qui les taraudent:"Ont-ils un avenir?Quel est cet avenir?Comment se projeter à cet âge?",ces questions sous-tendent le film,elles appartiennent bien sûr au cinéaste Paolo Sorrentino ,âgé de 72 ans.
Sur le plan cinématographique,le cinéaste est fidèle à ses longs travellings bien présents dans "La Grande Bellezza",son film précédent.Aussi de nombreux plans fixes sur le visage imperturbable et ravagé de Michael Caine,vedette du film.
Une scène étonnante parmi d'autres,celle où le maestro,Fred dans le film,dirige un troupeau de vaches comme il le ferait d'un orchestre.Magnifique scène finale aussi où le maître accepte ce qu'il a sans cesse refusé: à savoir diriger une autre cantatrice que sa femme décédée. 

Film sensible donc,loufoque et déjanté par moments,parfois prise de tête...
On "peut" comprendre qu'il n'ait pas fait l'unanimité à Cannes.